Evolutions des 2 potagers témoins

Dans le cadre de notre recherche d’autosuffisance nous avons axé prioritairement nos démarches vers l’autonomie alimentaire.

Pourquoi ?

Car cela

  •     constitue un besoin de base
  •     a un impact sur la qualité de notre alimentation
  •     permet de réaliser des économies
  •     s’apprend progressivement
  •     ne nécessite pas d’investissement ou d’infrastructure

Nous avons mis l’accent sur la culture du potager, bio, naturellement.

Nous avons développé un atelier en ligne qui permet à ceux et celles qui le souhaitent de nous accompagner et de développer en parallèle leur propre potager.

Dans cette vidéo, vous constaterez l’évolution de deux potagers témoins (un en Belgique et l’autre en France) développés cette année dans le cadre de l’atelier.

En partant de zéro, sans connaissance, sans produits chimiques, sans retourner le sol et même sans arroser !

L’important n’est pas de faire des récoltes à tout prix mais bien d’améliorer progressivement nos connaissances et compétences en s’affranchissant des contraintes habituelles que sont :

  • les adventices ou « mauvaises herbes »,
  • les ravageurs (limace, pucerons, chenilles…)
  • le temps consacré à l’entretien
  • les maux de dos dus au labour du sol.

D’autres activités sont développées en parallèle et dans le même objectif d’autosuffisance alimentaire telles que :

  • la cueillette,
  • l’apiculture,
  • le petit élevage de volaille et lapins,

Je vous parlerai dans un article à venir d’un nouveau atelier relatif à la conservation saine des aliments.
Lorsque que l’on se retrouve avec une abondance, voir une surabondance de production, il est indispensable de mettre en oeuvre des solutions de conservation naturelles, peu énergivores et produisant un minimum de déchets (voir zéro).

Si vous souhaitez, vous aussi, développer votre premier potager en permaculture sans y consacrer trop de temps, d’énergie et de ressources, vous pouvez vous inscrire sur cette page pour obtenir toutes les informations utiles.