Mesurer, c'est savoir !

Mesurer, c’est savoir !

La semaine passée, nous avons abordé les problèmes liés au mode de vie : metro – boulot – dodo et la croissance économique.

Aujourd’hui, je propose de regarder comment s’en affranchir progressivement.

Mesurer, c’est savoir.

Je vous propose un exercice pour mesurer où vous en êtes.

Il s’agit de déterminer la proportion de vos dépenses par rapports à vos entrées.

Ensuite, nous verrons s’il est possible d’agir pour disposer de plus de flexibilité.

Même si vous n’avez pas encore un projet d’autonomie, il devrait être possible de réaliser des économies.

Il suffit de remplir un tableau à deux colonnes, comme un comptable : entrées vs sorties.

Vous pouvez télécharger un modèle de tableau à compléter ici.

Bilan

Réaliser ce bilan peut prendre quelques minutes (ou un peu plus ;-)) mais est très riche en enseignements.

Cela pourrait constituer aussi un investissement !

Je vous invite vraiment à le réaliser, c’est même indispensable si vous envisagez de tendre vers l’autosuffisance.

Il s’agit de relever vos dépenses sur une année classique (ou plusieurs si vous avez le temps) et de les présenter par postes et sur base mensuelle.
Vous obtiendrez ainsi le niveau de dépenses par poste et par mois.

Si vous gérer vos comptes bancaires en ligne, vous pourrez aisément classer et rechercher les informations nécessaires.

Voici les postes que j’ai considéré pour les sorties :

  • Habitation : financement, loyer
  • Déplacements : véhicules et tous ses frais liés (acquisition, financement, carburant, assurance, entretien)
  • Consommation énergétique : chauffage, eau, électricité
  • Dépenses scolaires
  • Communications : TV, Internet, téléphonie
  • Taxes : immobilier, déchets, télévisuel, impôts
  • Hobby’s et détentes : vacances, passion, …
  • Alimentation

Et du côté des rentrées, elles se limitent pour la plupart au salaire.

Même si un seul poste de rentrée constitue une fragilité en cas de perte ou de changement d’emploi par exemple.

Vous payer en premier !

Un autre poste me semble essentiel, c’est celui de l’épargne pour l’investissement dans le projet de vie.

Dans ma démarche, j’essaie de réduire les sorties et d’augmenter l’épargne.

Je me suis fixé un niveau de 20% à 25% du traitement prélevé dès sa réception pour financer mon projet.

C’est la règle qui vise à se payer en premier.

Un pas après l’autre

Une autre caractéristique de ma démarche est la progressivité.

Je n’ai pas la possibilité actuellement de me lancer du jour au lendemain dans l’autonomie complète.

Je suis encore dépendant mais j’en suis conscient 😉

Par contre, il possible de mettre en oeuvre toute une série d’actions pour débuter toute de suite l’aventure.

Je vous propose de remplir le tableau en regard de votre situation personnelle.

Ce tableau ne s’adresse qu’à vous même mais tentez d’être le plus précis possible.

La semaine prochaine, je reviendrai vers vous avec une liste de démarches que j’ai entreprises pour réduire les dépenses en regard de chaque poste.

Je vous l’accorde, cette démarche est plutôt administrative mais elle me paraît essentielle pour déterminer notre potentiel d’engagement dans un projet d’autosuffisance.

Elle sera utile aussi au bon dimensionnement de votre projet futur.