Si vous manquez de connaissances pour débuter...

Si vous manquez de connaissances pour débuter…

Dans les messages précédents, nous avons déjà abordé le pourquoi, le , et le qui de la démarche d’autosuffisance.

Aujourd’hui, j’expliquerai la méthode que nous avons suivie, le comment ?

Vous l’avez vu précédemment, je ne vous conseille pas d’attendre de trouver l’endroit favorable pour débuter votre projet d’autonomie.
Vous pouvez commencer dès maintenant et où que vous soyez installé(e).

Je recommande une démarche permanente et transversale.
Celle de se former, de rechercher et de poser des actions.
Vous pouvez débuter avec celles documentées par exemple, dans les « fiches action immédiate ».

 

Poser les premières actions

Vous allez vite vous rendre compte que le premier besoin n’est pas de disposer du budget ou d’un lieu mais surtout des connaissances et de compétences.

Bonne nouvelle, il est possible de les développer en s’organisant correctement.

Alors autant se documenter et investir dans la lecture, la recherche sur internet, la participation à des stages, la fréquentation de personnes intéressantes, le woofing…

 

Quelques recommandations relatives à l’auto-formation.

S’il y a une livre par lequel débuter, je vous conseille d’acquérir « Vivre comme à la campagne: du rêve à la réalité ».

Il est très bien structuré et richement illustré. L’approche est large et permet d’embrasser les différents domaines de l’autosuffisance mais elle n’est bien entendu pas exhaustive ni suffisante.

Vous pourrez déjà déterminer les domaines dans lesquels vous vous sentez le plus à l’aise et éventuellement entreprendre de petites actions, recherches ou démarches.

 

De la théorie à la pratique

Après cette approche théorique, je vous invite à vous confronter le plus rapidement possible à la réalité afin de vous convaincre que tout ce que vous avez lu est vraiment possible.

Un des moyens d’y parvenir est de rendre visite à la maison autonome de Patrick et Brigitte Baronnet.

Il est possible de visiter leur petit monde et ils partagent leurs expériences avec beaucoup d’humilité et de bienveillance.

Il est aussi possible de participer à un stage ou de consacrer du temps à la mise en commun des projets des participants.
J’ai réalisé un compte-rendu de ma visite que vous pouvez consulter sur le blog.

 

Modéliser son projet

Après avoir exploré le domaine des possibles, vous disposerez de pistes qui s’appliquent parfaitement à vos attentes personnelles.

Selon moi, il est primordial de prendre le temps pour définir précisément le projet et un plan d’action associé.

 

Investir n’est pas dépenser !

Ces démarches coûtent de l’argent.

Mais elles constituent réellement un investissement. Et vous bénéficierez assurément d’un retour bien supérieur.

Les connaissances dont vous disposerez même si vous ne les mettez pas en oeuvre immédiatement seront vôtres et auront un impact sur votre mode de vie ultérieur.

Vous découvrirez très rapidement l’effet en cascade qu’elles produiront.

Une action en déclenchera une autre dans un cercle vertueux et tout deviendra plus clair !

 

Le journal de bord

Je vous recommande, dès à présent, de consigner vos expériences et vos projets. Utilisez un carnet, des photos ou pourquoi pas un journal ou un blog pour les partager mais surtout pour bien garder en mémoire vos avancées et vos engagements.

 

N’ayez surtout pas peur de rêver !
Vous serez surpris de ce qu’il est possible de réaliser.
Les seules limites seront celles que vous vous fixerez !